09 73 87 21 52 (prix d'un appel local)

Chaque année les tarifs varient. Quels sont les critères de variations possibles de vos contrats et comment cela se répercute-t-il financièrement ?

Selon la typologie de votre contrat celui-ci est indexé ou la plupart du temps il subit des augmentations liées à plusieurs critères.

Ce qui dépend de vous et de la santé de votre entreprise :
Si votre chiffre d’affaires augmente deux garanties vont à minima être impactées.
• votre responsabilité civile si celle-ci se base sur votre chiffre (pour certaines petites entreprises la responsabilité civile peut se calculer sur l’effectif).
• votre garantie perte d’exploitation basée sur votre marge brute.
En responsabilité civile il est important de vérifier si les activités décrites au contrat correspondent bien à vos activités réelles. Lors d’une variation importante de votre chiffre d’affaires, votre courtier doit revenir vers vous pour valider les taux de primes qui correspondent à des activités précises. Ce n’est pas parce que vous déclarez votre chiffre d’affaires dans sa totalité que votre RC couvre toutes vos activités si celles-ci ne sont pas indiquées au contrat.

Ce qui dépend de la sinistralité :
Les possibles augmentations de primes sont liées à la sinistralité d’une profession ou d’une région du monde qui a pu subir des sinistres importants comme lors de tempêtes ou des cas de force majeure, d’attentats ou encore des catastrophes naturelles. Ces événements seront évalués par les compagnies ou l’état, selon la garantie engagée, ceux-ci pourront être amenés à augmenter les taxes. Pour rappel, vos polices sont des « collecteurs d’impôts » que l’état prend sur vos contrats d’assurances et ces taxes sont non récupérables contrairement à la TVA…
Par exemple en 2016 la taxe attentat de 3,30 € par contrat passe à 4,30 €, la taxe sur vos contrat de protection juridique recours passe de 9 % à 11,6 %.
Les taxes attentats pesant sur les contrats d’assurances entreprises sont variables selon les capitaux engagés au contrat, cette taxe peut varier de 0 à 21 % sur le montant de la prime dommage. Cette incidence de taxe peut avoir un impact lorsque les capitaux garantis d’une entreprise évoluent et dépassent certains seuils.
Au regard de ces critères il est calculé un rapport sinistre à prime qui selon la fréquence, ou les sommes des sinistres réglés, pourront amener la compagnie à majorer ses tarifs afin de respecter l’équilibre financier des contrats.
Le rôle de votre courtier est de surveiller ces évolutions compagnie par compagnie, contrat par contrat. Votre courtier peut vous accompagner ou vous alerter dans votre prévention des risques pour vous aider à diminuer votre sinistralité tant en fréquences qu’en intensité.
Si chaque année vos contrats, dommage aux biens, Flotte Auto, responsabilité civile, coûtent plus chers que les primes perçues (déduction faite des taxes et des charges de la compagnie), un ré-équilibrage se fera à moins que le sinistre soit ponctuel (quelle que soit son importance) et que votre fréquence soit faible.
La fréquence de sinistralité est révélatrice de la tenue de votre risque qui va à court terme peser sur le contrat. Votre courtier doit vous aider à vous rendre le plus « appétant » possible pour que vous gardiez le choix de vos assureurs et que vous ne soyez pas contraints de subir les volontés du seul assureur qui a bien voulu garantir un risque trop sinistré ou pas assez protégé avec des primes élevées. Il vous conseille et vous accompagne dans la mise en place d’un plan de prévention adapté à vos risques.

Pour vos contrats dommages aux biens ou automobiles, ceux-ci sont indexés.
Ces indices permettent de suivre les évolutions des coûts des réparations assurées pour éviter qu’un écart ne se creuse le jour d’un sinistre sur un contrat que vous n’auriez pas revu de longue date.
En résumé votre prime augmente chaque année à minima du coût de l’indice et de vos capitaux garantis. Au-delà de l’indice toute augmentation peut être liée aux résultats de votre contrat ou aux résultats des branches d’activité auxquelles vous appartenez.
Votre courtier doit rester en veille pour que cela ne dérape pas. Son rôle sera de questionner les autres compagnies du marché et de revenir vers vous avec les tarifs pratiqués pour vérifier si les prix proposés correspondent bien à vos risques ou s’il est opportun de revoir vos conditions.

Votre courtier est votre représentant auprès des compagnies d’assurances, il est là pour vous conseiller, pour vous accompagner lors de vos démarches y compris de prévention.
Votre courtier négocie pour vous un contrat sur un cahier des charges précis qui ne doit pas vous faire perdre des garanties lors d’un changement de compagnie par son intermédiaire. Le choix du courtier est primordial pour vous accompagner et le laisser ensuite faire un travail de comparaison de qualité tout en vous apportant un service de gestion que vous êtes en droit d’attendre tout au long de la vie de votre contrat.